Accueil du site La classe numérique

Accueil Réalisations Année scolaire 2004-2005 Afrique Numérique La conception, une étape indispensable à la création d’un diaporama ou d’une vidéo

La conception, une étape indispensable à la création d’un diaporama ou d’une vidéo Projet Afrique Numérique

Rappel du contexte : Création d’un diaporama, "décor animé", pour un spectacle vivant sur la thèmatique de l’Afrique

Introduction :

La principale difficulté lors de la réalisation d’un diaporama est essentiellement due à la pluralité des médias utilisés (ici de l’image, du texte et éventuellement du son). Plus les médias sont variés et nombreux plus il s’avère nécessaire de passer par une phase de conception. Rappelons, que cette complexité est renforcée dans le cas d’un travail collectif.

La phase de conception permet :

 De mettre d’accord les différents acteurs du projet (les élèves entre eux, les élèves et leurs enseignants, l’enseignant et les représentants de la Cité).
 De communiquer avec les différents acteurs du projet (chorégraphe, enseignants, représentants de la Cité...)

D’avancer rapidement lors de la phase de montage car :
 Les sources utilisées (textes, images, sons) sont répertoriées et classées (nomenclature)
 Les choix, au niveau du contenu et de la forme, sont arrêtés (maquette, croquis, story-board...)

Notons, que les élèves sont ainsi amenés à préciser leurs attentions et à argumenter dans ce sens. C’est l’occasion de mener avec eux un travail critique sur le multimédia, qui ne se limite pas à la technique ou au support.

Vu la richesse des actions programmées pour le projet « Afrique numérique », il semble utile de définir ce qui constituera le diaporama du spectacle de fin d’année. De nombreuses productions seront réalisées tout au long de l’année scolaire, il s’agit donc de repérer ce qui sera réutilisé et comment.

Phase 1 : Conception des images fixes. De quoi et comment se composent les écrans du diaporama ?

Je désigne par « images fixes », les écrans qui seront par la suite reliés entre eux pour former le diaporama.

Ces écrans peuvent se composer de texte :

Au-delà du travail d’écriture du texte (choix de mots), il y a un travail graphique à effectuer :
 Quelle sera la place donnée au texte dans l’image (redondance des informations, complémentarité, opposition texte/image) ?
 Où sera placé le texte ? Dans l’image ? En dehors ? Au dessus, en dessous ? Pour dire quoi ?
 Combien de polices seront utilisées ?
 Quelles seront-elles ?
 Quelle sera la couleur, la taille des mots, des phrases ?
 Etc...

Ces écrans peuvent se composer d’images :

Au-delà des informations contenues dans l’écran (ex informations sur la vie quotidienne en Afrique) la composition des écrans doit répondre à des règles collectives. Ces recherches peuvent prendre la forme d’une charte graphique définie avec les élèves ou de croquis, collages en papier....

C’est l’occasion pour eux de réfléchir :
 Aux critères de sélection des images
 A l’homogénéité/l’hétérogénéité des images (images de différents types : dessinées, peintes, photographiques, ornementales (géométrie des motifs) figuratives (paysage, objets, personnages))

C’est aussi l’occasion d’aborder la représentation qu’ils se font de l’Afrique et d’effectuer des parallèles avec les arts africains (analyse des motifs africains, des modes de représentation (masques), des couleurs...).
 A la composition des écrans (organisation des éléments, hiérarchie...)
 D’aborder les notions de plans, cadre, hors-cadre...

Ces écrans peuvent se composer de sons :

Là aussi, il s’agit de réfléchir à la place donnée aux sons et de se poser la question de la redondance des informations (images, textes, sons). Autre point, il faut s’assurer avant d’envisager l’intégration de sons dans le diaporama que ces derniers n’interférent pas avec la musique du spectacle. Ces sons doivent être eux aussi catégorisés. Il s’agit de les nommer de manière explicite et de les classer afin que l’on sache lors du montage :
 quel son mettre à tel endroit ?
 quelle est la durée de chaque son ?
 quel est le format ?
 où le trouver (dans quel dossier ?)

Phase 2 : Conception des images animées. Comment les écrans sont reliés les uns avec les autres ?

La difficulté du diaporama est d’intégrer à la notion d’espace, la notion de temps. Ce problème peut se résoudre en réalisant, avec les élèves, un story-board calé sur le découpage prévu dans le scénario du spectacle. Il permettra de définir, comment le passage d’un écran à un autre, s’opère.

Le story-board ou scénarimage est un ensemble de planches permettant de pré visualiser les différents plans (images fixes) du diaporama et leurs enchaînements. Les planches sont généralement constituées de dessins et de texte (additionnel). Le texte facilite la compréhension du plan en indiquant par exemple la manière dont s’opère la transition d’un écran à un autre (ex de droite à gauche, fondu enchaîné d’une durée de 3 secondes...)

Le story-board permet de préciser les points suivants :

 A quel rythme s’enchaînent les images ?
 Les images s’enchaînent-elles toutes à la même vitesse ?
 Certaines images sont-elles utilisées plusieurs fois (par exemple pour souligner un point.)
 Comment s’effectuent les transitions (fondu, flou/net, cut, transition par la gauche, la droite....)
 Quels sont les effets produits par ces transitions ?
 Le texte apparaît-il en même temps que l’image ? Le texte est-il lisible ? Le temps pour le lire est-il suffisant ?
 Etc....

Par Laurence BATTAIS
Le 18 janvier 2005
Répondre à cet article

Version imprimable

[Retour] [Privé]


[ Contact ] [ Plan du site ] [ SPIP ] [ Privé ] [ Carrefour numérique ] [ Haut de page ]
Site optimisé pour les navigateurs Internet Explorer 5.5 et Mozilla FireFox 1.0 minimum
Écran 800 x 600